Isolation thermique par l'extérieur - Tout savoir

par dans Conseils et astuces .

1 - En quoi consiste l’isolation thermique par l’extérieur ?

L’isolation thermique par l’extérieur (ITE) vise à appliquer une couche d’isolant directement sur votre façade afin de créer une enveloppe isolante sur les murs périphériques d’un bâtiment. Ce procédé est, en France, principalement utilisé pour de la rénovation mais il convient également parfaitement sur les constructions neuves. 

Une finition (peinture, bardage…) est ensuite appliquée sur la couche d’isolant afin de garantir l’esthétisme du bâtiment.

2 - Quelles sont les avantages et inconvénients de l’ITE ?

Les principaux avantages de l’isolation thermique par l’extérieur sont : 

  1. Elle offre d’excellentes performances thermiques notamment par la réduction des ponts thermiques (circulation d’air entre l’intérieur et l’extérieur). 
    En effet, comme le montre l’illustration ci-dessous, les ponts thermiques d’une habitation se situent au niveau des planchers ou des murs porteurs en raison de la rupture de l’isolation par l’intérieur. La mise en place d’un enveloppe par l’extérieur supprimera ces ponts thermiques dits linéaires. Une maison bien isolée rime avec économie d’énergie (jusqu’à 30% sur la facture de chauffage), confort été/hiver (plus frais en été, plus chaud en été) et réduction de son impact environnemental. pont thermique
  2. Aucune perte de surface habitable
    L’isolation thermique par l’extérieur ne vous fera pas perdre d’espace dans votre salon, dans votre chambre ou dans votre cuisine. En effet, l’isolant sera placé sur le côté extérieur de vos murs périphériques. Avec ce procédé, vous pourrez cependant perdre un peu d’espace sur votre balcon ou vos extérieurs.
  3. L’ITE assure une excellente étanchéité à l’air
  4. Des aides importantes (via MaPrime renov’ et les primes énergie) ainsi que des modalités de financement (prêt à taux zéro, TVA à 5,5%) sont actuellement en place pour réaliser les travaux.

Toutefois, l’isolation thermique par l’extérieur présente quelques inconvénient : 

  • Coût lié aux travaux plus important (compter environ 125€ HT du m2)
  • Une potentielle perte de luminosité dans votre habitation (effet tunnel lié à l’épaisseur d’isolant)
  • Modification de l’aspect extérieur du bâtiment (notamment pour les bâtiments classés)

3 - Quels isolants pour mon ITE (Isolation Thermique par l'Extérieur) ?

Nous identifiions 5 isolants principaux pour la réalisation de votre ITE : 

  1. Le polystyrène expansé blanc (PSE) : Il s’agit de l’isolant le plus fréquent sur ce type de travaux. Il possède un lambda de 38 (plus le lambda est faible, plus l’isolant est performant)
  2. Le polystyrène graphité gris : Version plus performante du PSE avec un lambda de 31 ou 32
  3. La laine de roche : Apprécié pour ses performances acoustiques et sa résistance au feu, elle reste toutefois peu utilisée
  4. La fibre de bois : Elle est appréciée pour son déphasage important (délai entre le pic de chaleur à l’extérieur et le pic de chaleur en intérieur). Elle possède un lambda de 38 en moyenne.
  5. Le liège : Panneau isolant 100% bio-sourcé et présentant un excellent impact carbone. Ce panneau est obtenu après chauffage du bois à la vapeur d'eau.
  6. La mousse résolique (ultra 22) : Panneau d'isolation présentant le meilleur ratio performance/épaisseur 

Comment faire son choix ? Vous trouverez ci-dessous le tableau présentant les caractéristiques de chaque isolant sur la base de différents critères comme le prix, l'impact écologique, le type de pose, le déphasage...

4 - Quelle finition pour ma façade ?

Une fois l’isolant posé, place à la finition. Nous recensons 3 grands types de finition possibles pour une isolation thermique par l’extérieur : 

  1. L’enduit de finition ou crépi: Il offre un large choix de couleur et s’avère moins onéreux que les autres finitions. Il peut s’appliquer sur l’ensemble des isolants, il faudra toutefois adapter le type de produit en fonction de l’isolant pour sélectionner des enduits plus ou moins respirant. 
  2. Le bardage : Il s’agit d’un revêtement en bois, composite, PVC ou autres qui se pose sur une ossature bois ou métal. Un espace entre le bardage et l’isolant est nécessaire afin de conserver une ventilation entre les deux revêtements et surtout de laisser le mur « respirer ». 
  3. Vêture et vêtage : Cette technique consiste à coller directement sur l’isolant un revêtement en bois, pvc, zinc… Contrairement au bardage, il n’y aura pas d’espace entre d’air entre l’isolant et le revêtement

5- Quelles sont les principales étapes de réalisation ?

Etape initiale : 

Afin d’optimiser le temps de votre façadier, il sera nécessaire de préparer votre façade et surtout tous les accessoires présents sur cette dernière. En effet, la mise en place d’un isolant extérieur implique d’allonger votre robinet extérieur, enlever vos spots lumineux ou votre store-banne, allonger vos conduits électriques, couper une partie d’un garde corps…

La pose d’une isolation par l’extérieur respecte les étapes suivantes : 

  1. Un rail de départ est fixé au mur à quelques centimètres du sol. Ce rail de départ servira de support à la première rangée d’isolant
  2. L’isolant est ensuite positionner et fixer sur la façade.  Nous distinguons deux techniques principales :  
    1. Pose collée : L’isolant est collé directement sur la façade par plot de colle ou par bande. Cette méthode est compatible avec des isolants en polystyrène ou en fibre de bois, toutefois elle est déconseillée en rénovation en raison des irrégularités présentes sur la façade à rénover
    2. Pose calée-chevillée : Il s’agit de la pose la plus fréquente car elle convient pour l’ensemble des isolants et l’ensemble des situations (neuf ou rénovation). Cette technique de pose est réalisée en deux étapes : 
      1. Collage de l’isolant sur la façade par plot de colle
      2. Après séchage de la colle, fixation de l’isolant à l’aide de cheville. Afin de garantir l’efficacité de l’isolant, les chevilles sont recouvertes d’un isolant.
        Pour ces deux types de pose, de la mousse doit être appliquée en cas d’espacement de plus de 2 mm entre panneaux. A cette étape, il est important d’avoir une surface plane (à vérifier avec une règle de maçon par exemple). En effet, la couche de finition étant mince, on ne pourra pas rattraper d’éventuel défaut. Un léger ponçage peut être réalisé aux jonctions entre panneaux. Une bande de mousse protectrice pourra être appliquée lorsqu’un contact entre l’isolant et un autre matériau est identifié (chevron d’une avancée de toit…), cela afin d’éviter des fissures.
  3. Des arêtes de protection sont positionnées aux angles (sortant et entrant) de votre façade pour les protéger d’éventuels chocs. 
  4. Une première couche de sous enduit est appliquée sur quelques millimètres puis une grille de verre sera noyée dans ce sous enduit. Cette grille de verre vise à renforcer la façade et ainsi limiter le risque de fissure de votre finition. Une « double épaisseur » devra être mise en place dans les zones «faibles » ou à risque notamment les angles de fenêtre…
  5. Après séchage, une seconde couche de sous enduit est appliquée pour recouvrir la grille de verre et préparer le support de finition
  6. Enfin, dans le cas d’une finition en enduit ou peinture, l’enduit est appliqué à la taloche puis gratté pour offrir une belle finition

Les erreurs à éviter : 

  • Les rails de départ et les arêtes étant métalliques, il convient de laisser un espace entre chaque rail (1 à 2mm) pour prévenir de la dilatation
  • Les panneaux d’isolant doivent être posées avec un chevauchement pour éviter de créer un joint sur l’ensemble de la façade
  • Les encadrements de fenêtres doivent être réalisées en U
  • Si un espacement entre deux panneaux est constaté, il doit être comblé avec de la mousse et non du sous enduit

6 - Notre gamme de produit permettant de répondre à vos besoins 

Nous possédons au sein de notre gamme l’ensemble des produits nécessaires à la réalisation d’une isolation par l’extérieur

Dernière mise à jour: 2022-08-01 16:06:24
Retour au blog